La thalassothérapie

Selon l’origine grecque, le mot «thalassa» signifie «mer» et le mot «thérapie» se traduit par «soin». C’est donc dire que la thalassothérapie utilise, dans un but thérapeutique, les vertus de l’eau de mer, des algues, des boues marines et du climat marin.

 • Les bienfaits de la thalassothérapie

La thalassothérapie favorise la pénétration des particules ioniques afin de faire profiter l’organisme de la richesse de l’eau de mer. En s’infiltrant dans les espaces intercellulaires, ces particules apportent aux cellules les éléments vivants nécessaires à maintenir leur équilibre, à prolonger leur vie et à retarder leur vieillissement.

La thalassothérapie favorise la détente, la relaxation et l’amélioration des circulations sanguine et lymphatique pour procurer un regain d’énergie. Puisque la cure demande à votre organisme de fournir un effort intense, la musicothérapie et le repos vous aident à relaxer et à profiter pleinement de votre cure.

Une cure de thalassothérapie s’avère également une excellente occasion de prendre le temps de vivre, de faire de l’exercice et de modifier certaines habitudes alimentaires. Elle favorise la désintoxication de l’organisme et le développement de nouvelles habitudes de vie.

Faire une cure à Aqua-Mer, loin de toute pollution, c’est recharger votre organisme en éléments marins qui ne se retrouvent qu’à proximité de la mer. C’est le moyen idéal pour dégager le stress accumulé au cours de l’année.

«Nous sommes nés de l’eau, c’est en son sein qu’apparurent les premières cellules vivantes. L’eau et notre vie sont liées» (J.Y. Cousteau)

Utilisée depuis l’Antiquité pour ses vertus curatives, la thalassothérapie conjugue les effets de l’eau de mer et du climat marin pour nous soigner et nous détendre.
Notre corps fatigué, agressé, douloureux parfois, s’ouvre aux bienfaits de l’énergie de la mer.

Notre peau purifiée laisse pénétrer les oligo-éléments essentiels (magnésium, calcium, etc.) qui rechargent nos cellules et notre milieu intérieur composé à 70% d’eau.

«La portance» de l’eau de mer nous rend plus légers, soulage nos disques intervertébraux et relâche nos muscles. Brassée et concentrée en jets, l’eau de mer masse les zones endolories, améliore nos circulations sanguine et lymphatique, affine notre silhouette.

En harmonie avec le climat privilégié de Carleton-sur-Mer, nos fonctions vitales retrouvent un rythme naturel : le cœur se ralentit, notre respiration s’apaise et les poumons s’emplissent d’un air purifié (l’air du «grand large» se caractérise par une absence presque totale de microbes et de poussières).

La stimulation rénale élimine les toxines et complète la renaissance de l’organisme. Pour assurer une remise en forme durable, une atmosphère riche en ions négatifs apaise nos tensions et améliore notre résistance aux agressions.

Au Centre Aqua-Mer Thalassothérapie, toute l’équipe est heureuse de vous accompagner pour une croisière aux sources de la santé et de l’équilibre.

 • Distinction : spa, balnéothérapie, thermalisme, thalassothérapie

L’origine de la thalassothérapie

La thalassothérapie est présente en Europe depuis de nombreuses années. Hippocrate lui-même en vantait les mérites. Elle a été redécouverte à la fin du XIXe siècle par un médecin anglais, le Docteur Richard Russel; et elle occupe, aujourd’hui, une place reconnue dans les traités de médecine européenne.

Implantée depuis peu en Amérique du Nord, la thalassothérapie est utilisée à des fins préventives et de remise en forme. Elle a donné naissance au concept de «vacances-santé».

Distinction
Établissons la distinction entre le thermalisme, le spa, la balnéothérapie et la thalassothérapie. La valeur thérapeutique de l’eau utilisée constitue l’élément de distinction.

Spa : à mi-chemin entre les instituts de beauté et les centres de conditionnement physique, les spas offrent habituellement massage, bain tourbillon et soins esthétiques. L’eau n’y a pas de valeur thérapeutique spécifique.

Balnéothérapie : soin qui utilise l’eau courante à laquelle peuvent être additionnés des produits marins. Elle est indiquée pour l’entretien des bienfaits de la thalassothérapie entre les cures annuelles ou bisannuelles.

Thermalisme : méthode de soin qui utilise les eaux chaudes, gazeuses, laxatives ou sulfureuses qui sortent spontanément de la terre sous forme de puits et de source. Ces eaux sont utilisées par voies externe et interne pour leurs effets thérapeutiques.

Thalassothérapie : thérapie qui utilise, dans un but thérapeutique, les vertus de l’eau de mer, du climat marin et de produits marins comme la boue et les algues. L’eau est puisée directement en mer par des pompes puissantes et elle est maintenue en mouvement constant pour conserver son potentiel bioélectrique.

aquamer vacances sante

 • La mer, berceau de la vie

L’eau de mer ne se laisse pas capter. Gardée dans des récipients, elle perd plusieurs de ses effets biologiques, de sa radioactivité, de ses éléments nutritifs et de ses gaz en moins de deux jours. Seule l’eau de mer fraîche pompée au large possède un potentiel bioélectrique, puisqu’elle est toujours en mouvement et chargée d’énergie, tout comme les algues et le climat. Aqua-Mer Thalassothérapie est pourvu d’installations de pompage permettant d’obtenir directement cette eau de mer vivante et pure.

L’eau de mer est au centre de la thalassothérapie. Elle agit comme agent naturel de transminéralisation, de désintoxication, de désincrustation et de stimulation bénéfique pour tout l’organisme.

Chauffée à 37 degrés C (température du corps), elle ne contracte pas les vaisseaux, comme le fait l’eau froide dans les bains de plage. Elle produit une vasodilatation pour une meilleure circulation, elle décontracte la musculature et libère les toxines. Les sels minéraux et les oligo-éléments marins pénètrent ainsi plus facilement le corps qui ressent alors une énergie nouvelle.

 • Les algues et les boues marines

Les algues marines contiennent les mêmes éléments que l’eau de mer; elles sont très riches en ions négatifs car elles concentrent l’énergie de l’eau de mer en plus de capter l’énergie solaire à travers les eaux.

Les boues marines sont surminéralisées par rapport aux boues terrestres et possèdent trois grandes qualités physiques qui en font des produits intéressants pour les soins de thalassothérapie.

Elles retiennent particulièrement bien la chaleur.
Elles retiennent également bien l’eau qui les rend onctueuses et aisément pétrissables.
Elles se ramollissent quand on les agite et elles durcissent au repos.

De plus, comme les algues, elles servent de condensateur dans le processus de pénétration de la peau par les ions marins. Elles calment la douleur dans les cas d’arthrite et de rhumatisme.

 • L’air marin

L’air marin entre également en ligne de compte dans une cure de thalassothérapie. Il contient les mêmes éléments que l’eau de mer et les produits marins. Au bord de la mer, les ions négatifs peuvent pénétrer l’organisme par les voies respiratoires.

En effet, le climat marin possède un air chargé de gouttelettes microscopiques appelées les embruns. Grâce à leur extrême finesse, ils pénètrent par voie respiratoire dans les alvéoles pulmonaires et de là, dans la circulation périalvéolaire.

Au bord de la mer, surtout le matin au lever du soleil et à la marée montante, nous captons l’énergie de la mer et en plus, beaucoup d’oxygène.

Carleton-sur-Mer est la seule ville reconnue pour la qualité de son air libéré de tout pollen et où les allergies respiratoires n’existent pas.

 • Carleton-sur-Mer… Une grande bouffée d’air pur

En effet, pendant la saison 1997, aucun pollen d’herbe à poux n’a été observé alors que les concentrations des pollens de graminées correspondaient à des catégories de risques faibles ou inférieures.

Preuves à l’appui, une comparaison avec d’autres sites d’intérêt a été l’un des points révélateurs de cette étude portant sur les comptes polliniques estivaux à Carleton-sur-Mer.

À Montréal, les concentrations moyennes de graminées en saison sont de 38 pollens/ m³ d’air par jour (maximum de 266 pollens/m³ d’air/jour). En fait, à Montréal, plus de 39% des journées correspondent à un risque moyen ou supérieur pendant la saison des graminées, et ce pourcentage atteint 60% dans le cas de l’herbe à poux.

Dans l’état de New-York (station d’Albany), et en France Atlantique (station de Brest), les concentrations moyennes mesurées sont respectivement de 30 et 31 pollens/m³ d’air/jour et les maximums atteignent respectivement 176 et 240 pollens/m³ d’air/jour. C’est donc dire qu’elles correspondent à un risque semblable à celui estimé pour Montréal, mais qui sont, dans tous les cas, de 8 à 10 fois supérieurs à ceux estimés pour Carleton-sur-Mer.

Comparaison des concentrations polliniques (/m³) de l’herbe à poux, des graminées et leur valeur maximale à différentes stations.

 
Carleton
Montréal
État de New-York
France Atlantique
Herbe à poux
0
866
38
0
Graminnées
4
38
30
31
Maximales
19
266
176
240

Conclusion, les risques d’allergies rencontrés à Carleton-sur-Mer sont sans commune mesure avec ceux rapportés ailleurs tant ils se situent à la frange inférieure des niveaux de risques.

Une étude réalisée, en 1997, par Paul Comtois du Laboratoire d’Aérobiologie de l’Université de Montréal, révèle que la région de Carleton-sur-Mer mérite son titre de «paradis» pour les gens souffrant d’allergies aux pollens.

listeforfaits2.jpg